Accueil
Chatterie
Femmelles
Mâle
Chatons
Sous les projecteurs
Santé
Liens
Contact
Livre d'or

Histoire des origines des chats de Sibérie

Il est difficile de contester les origines anciennes du chat Russe à poil mi-long. Pendant des dizaines d'années, et probablement depuis des siècles, ces chats ont peuplé la Russie et ont reçu leur nom maintenant bien connu, le Sibérien, il y a bien longtemps. Ce nom commun a été donné à un chat fort et intelligent, pourvu d'une fourrure mi-longue dotée d'un sous-poil très dense qui lui permet de survivre durant les hivers froids tels que ceux de la Sibérie et du Nord de la Russie.

Malgré son appellation "Sibérien", il est peu probable, que la race soit véritablement originaire de Sibérie. Pendant des siècles, la Sibérie a été un pays principalement peuplé de tribus nomades, offrant ainsi peu d'opportunités de domestication des chats sauvages. De plus, la Sibérie n'offre pas un climat supportable pour vivre sans la compagnie des hommes.

Il existe plusieurs hypothèses sur la propagation des chats en Russie. La plus vraisemblable est celle de chats (sauvages et domestiques) originaires de Transcaucasie et d'Iran. En effet, au vu du climat continental dans ces régions et des températures assez faibles en hiver dans les zones montagneuses, les chats ont pu acquérir un long manteau avec un sous-poil important. On voit d'ailleurs aujourd'hui, en Transcaucasie, un chat sauvage (félis silvestris caucasica) très semblable en apparence au Sibérien.

photo de deux chats sauvages en Transcaucasie

La route des proto-chats Sibériens en leur état actuel a été long. Il semble probable, qu'au départ, les chats domestiques ont suivi les commerçants pendant la naissance des premiers états musulmans en Asie Centrale, il y a près de mille ans. Des traces ont été retrouvées d'un chat domestique à Boukhara, un chat à peine distinguable du chat Sibérien d'aujourd'hui. Certains disent aussi qu'on aurait vu des chats domestiques arriver à Kiev à la même époque, mais il n'y a pas de preuves convaincantes.

D'une façon ou d'une autre, les chats domestiques des régions d'Asie Centrale et d'Iran-Transcaucasien sont entrés en Russie il y a quelques siècles. Et évidemment, des chats capables de chasser les rongeurs à l'extérieur en hiver, ont reçu toute l'attention voulue de tous les groupes sociaux. La protection des approvisionnements en céréales durant l'hiver était bien sûr d'une importance vitale pour eux.

Il y avait peu ou pas de chats sauvages dans la plupart partie de la Russie au cours de cette époque. Avec des hivers trop long et froids, la neige trop profonde et la présence de plus grands carnivores comme le loup, le renard et le lynx, l'environnement est très hostile pour les chats plus petits. C'est pourquoi, plus tard, les ajouts au génotype initial de chats SLH en Russie étaient principalement en raison de différents chats importés d'Europe.
On ne sait pas quand s'est établi la population des chats domestiques en Sibérie. Il est cependant fort probable que cela se soit produit vers le XVII siècle quand un nombre significatif de colons russes est apparu dans ce domaine.
En résumé, l'histoire des chats Sibériens en Russie a plusieurs siècles. Durant des décennies, la sélection artificielle a opéré vers un chat bon chasseur, capable de survivre à des hivers sibériens, et fidèle à ses maîtres. Ces caractéristiques peuvent facilement se remarquer chez les Sibériens modernes.

La reproduction d'élevage des chats de Sibérie a commencé, il y a moins d'une vingtaine d'année. Encore maintenant, on peut facilement voir des chats de type Sibérien dans les rues des grandes villes comme Moscou et St Pétersbourg. Ces villes ont donné lieu à la population de base de la race, mais certains chats en provenance de Sibérie et d'Extrême-Orient ont également participé au programme d'élevage depuis le début des années 90. Les programmes actuels d'élevage ont fortement mis l'accent pour se recentrer sur les chats en provenance de ces régions ainsi que de la partie nord de la Russie européenne. Ceci est d'une importance vitale pour l'élargissement et la stabilisation du pool génétique et pour maintenir et améliorer le type du Sibérien.

Ce dernier se distingue du type des chats Norvégien et des Maine-coon, deux autres races bien connues pour posséder elles aussi une apparence sauvage. Bien que de taille moyenne-grande à grande, les chats sibériens sont des chats généralement plus compact que ces deux autres races. Sa tête est sensiblement plus large. Elle n'est pas triangulaire ou rectangulaire, mais en forme de trapèze. Son profil est aussi fortement contrasté avec celle des Norvégiens au profil droit et celle des Maine-coon au museau long. Les pattes sont épaisses et relativement courtes, notamment en comparaison au Maine-coon. Son corps et sa poitrine doivent rendre une impression de puissance à la fois chez les mâles et les femelles. Son col, bien marqué, surtout chez les mâles, doit être épais et compact. La présence d'encolure de longueur trop diffuse ainsi que la présence à d'autre endroit de fourrure trop longue peuvent être le signe d'une contamination du Persan.

Le caractère unique des Sibériens continue d'attirer des personnes de nombreux pays vers cette race. Les Sibériens conjuguent indépendance et loyauté, des muscles lourds et une grande capacité de saut. Ils sont de constitution solide et pourtant ont une voix étonnamment douce qui se compose de chants et de cris plutôt que de miaulement habituellement appelée Miaou. On voit fréquemment certains chats répondre aux questions de son propriétaire et même se rappeler deux ou trois mots.

Les Sibériens sont de grands chasseurs. Aucuns papillons, mites, souris, insectes vont être laissés sans surveillance. S'il n'y pas d'objet vivant chez vous, un chat Sibérien peut jouer avec des jouets pendant longtemps. En outre, le chat a tendance à inviter ses maîtres à jouer avec lui en lui ramenant un jeu. On peut même enseigner au Sibérien à récupérer. Qu'importe, même un simple morceau de fourrure ou de papier peut être l'objet d'un grand match. Les Sibériens ont un besoin intense de jouer pour dépenser leur surplus d'énergie. Tout potentiel propriétaire de Sibérien devrait considérer le fait qu'il sera nécessaire de consacrer beaucoup de temps pour jouer et accorder une attention au chat.


Haut de page